Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bandati - Page 5

  • Bandati, petit métis: la genèse du livre

    Dans la vie, il y a les challenges « et si on faisait ça… » qui restent du domaine du fantasme et ceux qui se concrétisent. Le 27 avril 2020, en plein confinement indien, j’ai lancé à une copine « Si tu veux on écrit un livre pour enfants sur la famille mixte. »

    Tu penserais qu’écrire un texte de moins de 1000 mots ce n’est pas la mer à boire ? Et bien détrompe-toi ! (Surtout quand une copine te suggère d’écrire en rimes, et surtout quand tu te lances dans une édition bilingue, tant qu’à faire.) Tu penserais que trouver un(e) illustrateur ce n’est pas la mer à boire ? Faux ! Je n’ai pas déniché la personne qui rende bien tes idées et qui ne coûte pas plus que tu ne gagneras jamais avec ce livre. Les illustrations sont donc de moi-même, moi qui n’ai jamais vraiment tenu un crayon de ma vie… Je ne te pose pas la question de savoir si c’est facile de trouver un éditeur. En tout cas, moi j’ai fini par opter pour l’auto-édition – même si, oh combien, j’aurais aimé les conseils et la confiance d’un expert !

    Mais assez de moi, moi, moi… Bandati, petit métis est un livre pour enfants (3-7 ans) raconte les aventures de Bandati dont les parents viennent de pays différents. C’est largement inspiré de mon fils et de ses racines franco-indiennes mais j’ai vraiment voulu que ce livre puisse être utile à autant d’enfants mixtes que possible (peu importe d’où sont leurs origines). C’est pour cela que j’ai créé des personnages animaux. J’espère qu’il aidera des parents comme moi, à expliquer pourquoi il y a tant de langues à parler, tant de religions à observer, des différences physiques, et des plages horaires incompréhensibles mais à respecter pour parler à ses grands-parents.

    En vous souhaitant une bonne lecture !!

    Bandati,livre,livre pour enfants,métis,petit métis,métissage,famille mixte,multi-ethnique,multi-origines

  • 2 millions de mariages mixtes dans le monde chaque année

    food-drink-spork-spoon-fork-mixed_marriage-offspring-bwhn1921_low.jpgUne famille est-elle nécessairement composée d’un père, d’une mère et de leur(s) enfant(s)? Bien sûr que non, même si certains le pensent quand même, notamment en Occident, où c'est le modèle traditionnel depuis très longtemps. La famille polygame est également une réalité, tout comme la « grande famille indienne » avec plusieurs générations et branches vivant sous un même toit, les grands-parents élevant les petits, et les cousins/cousines ​​s’appelant frères/sœurs. Et comment était la structure familiale il y a 30 000 ans ? Cela devrait-il avoir de l'importance ? C'est possible, puisque les scientifiques disent maintenant que notre comportement actuel est largement hérité de l'époque où nos ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs. Nous continuons à manger comme si la nourriture n’était pas disponible à tout moment. Et nous continuons à être sexuellement tentés par d'autres personnes que notre conjoint(e), car nous ne sommes pas génétiquement programmés pour rester avec un partenaire toute notre vie – le mariage ainsi que la structure et les normes actuelles de la famille étant de manière indubitable des constructions socio-culturelles. Mais je m’égare dans mes considérations philosophiques...

    Même en Occident, que cela nous plaise ou non, le concept de famille a évolué pour englober d’autres formes que celle « traditionnelle », comme les familles mono-parentales, avec des parents du même sexe, sans enfants ou enfants adoptés, avec des parents divorcés qui recomposent leurs familles.

    Qu’en est-il alors des « familles mixtes » ? Les familles multiraciales (avec une mère noire américaine et un père blanc américain par exemple) sont assez bien documentées, et c’est un sujet assez en vogue (dans les années 2020), en particulier aux États-Unis. 10,2% des ménages de couples mariés américains étaient interraciaux ou interethniques en 2012-2106 (contre 7,4% en 2000) (source). Mais aux États-Unis, le « mariage mixte » désigne principalement les couples interraciaux ou interconfessionnels. Alors que certains couples ajoutent un niveau de complexité au-delà de la race, lorsqu’ils viennent de pays différents. Plus que « biraciaux », ils sont aussi « binationaux » et « biculturels ». C'est ainsi que la France définit les « couples mixtes », qui sont « généralement définis comme combinant des différences nationales, culturelles, raciales ou religieuses ». (source)

    Il est statistiquement très difficile de compter le nombre de « couples mixtes ». Regardons néanmoins les données sur les mariages en France. En 2005, 43 266 unions franco-étrangères ont été conclues, soit 15,3% de l’ensemble des mariages célébrés en France cette année-là (contre 12% en 2000). 55,6% des mariages ont été conclus par des Français et 44,4% par des Françaises. 56,9% des conjoints étrangers viennent du continent africain, principalement d’Afrique du Nord (beaucoup plus d’hommes que de femmes) et 24,8% étaient Européens (source).

    Alors pour les enfants de ces 100 000 personnes qui se marient chaque année en France à un étranger, et peut-être 2 millions de personnes dans le monde*, j'ai écrit un livre. Pour aider les parents à expliquer les spécificités de leur famille mixte à leurs enfants. Bientôt publié !

     

    * Je me suis lancée dans des extrapolations ambitieuses pour estimer le nombre de mariages transnationaux dans le monde chaque année:

    • 5 mariages pour 1000 personnes (la moyenne dans les pays de l'OCDE est de 4,8 (source https://www.oecd.org/social/family/SF_3_1_Marriage_and_divorce_rates.pdf),
    • Population mondiale en 2019 : 7,7 milliards à 40 millions de mariages,
    • Supprimons les 2/3 des mariages (par exemple, en Inde, sur les 10 millions d’unions annuelles, le pourcentage de mariages transnationaux doit être inférieur à 0,1%),
    • Prenons 7% du reste et nous obtenons 1 million de mariages mixtes.